Accueil     Biographie       Actualités      Nos actions      1925 : Expo Internationale des Arts Décoratif     1931 : Musée des Colonies    1937 Palais de Tokyo     Japon 2015

                      



Exposition au Musée Teien Art de Tokyo

 

 

Ancienne résidence du Prince Asaka. La branche Asaka de la famille impériale a été fondée en 1906 par le prince Yasuhito, fils du prince Kuni Asahoko
Yasuhiko Asaka (朝香宮鳩彦王, Asaka-no-miya Yasuhiko-ō?, 2 octobre 1887 – 12 avril 1981), était un membre de la famille impériale du Japon, beau-fils de l'Empereur Meiji (Mutsuhito), demi-frère du prince Naruhiko Higashikuni et oncle de l'Empereur Hirohito. Officier de carrière au sein de l'Armée impériale japonaise, Asaka fut commandant des forces impériales lors de l'assaut final contre Nankin, alors capitale de la Chine nationaliste, en décembre 1937. Il fut impliqué dans le massacre de Nankin, mais exonéré de poursuite par le Commandant suprême des forces alliées.
Carrière militaire : Comme les autres princes impériaux, Asaka mena une carrière militaire active. Il reçut ses premiers enseignements au Gakushuin et à l'École militaire préparatoire centrale, avant d'être incorporé à l'Académie de l'armée impériale japonaise en 1908 comme second lieutenant. Il fut promu capitaine en 1912, lieutenant-colonel en 1917 et colonel en 1922. Entre 1920 et 1923, Asaka étudia les tactiques militaires à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, en France, avec son demi-frère Naruhiko Higashikuni et son cousin Naruhisa Kitashirakawa. Le 1er avril 1923, il fut toutefois sérieusement blessé dans un accident d'automobile en Normandie 1, au cours duquel le prince Kitashirakawa trouva la mort. Il en garda des séquelles pour le reste de ses jours. Le prince fut promu au rang de brigadier général en 1926, puis de major général en 1930. En 1933, il devint lieutenant général et assuma le commandement de la Garde impériale. En décembre 1935, il fut nommé membre du Conseil Suprême de Guerre, ce qui en fit un conseiller direct de son neveu Hirohito. (Source Wikipédia)

Le Musée Teien de Tokyo en 2015

 



 

En 1922, en France, son épouse la princesse Nobuko le rejoint et ils restent en France jusqu’en 1925. Son neveu de prince Higashikuni, lui aussi participe à la vie artistique française et suit des cours de peinture avec le peintre René Demeurisse qui lui fait visiter expositions, ateliers d’artistes et le guide dans toutes les manifestations artistiques.

 

 

 

Lettre du Prince Highashi à René Demeurisse. Il rentre au Japon en 1926..

 

Le séjour du Prince Asaka a coïncidé avec l’âge d’or de la période art- déco.

Le Prince Asaka pour la construction de sa nouvelle résidence à Tokyo fait appel à l'équipe d'architectes du Ministère de l'Architecture à Tokyo. Gondo Yokichi, architecte prometteur, avait été envoyé par le gouvernement japonais à l’époque dans le but d’étudier l’architecture et les décorations intérieures en Europe. Il fut choisi comme l’architecte de la résidence.
Le Prince demande à Henri Rapin de concevoir l’intérieur de sa nouvelle résidence.

 

La résidence, aujourd’hui Musée Teien est achevée en mai 1933.

 

-1947 à 1954, le résidence est empruntée par le gouvernement et sert de résidence officielle pour les premiers ministres.
-1955 à 1974, la résidence est utilisée comme maison d’hôtes de l’Etat
-1983, La résidence s’ouvre au public comme musée d’Art TokyoMetropolitan TEIEN
-2013, Le musée célèbre le 30ème anniversaire de son ouverture et début des travaux d’agrandissement.
-2014, en novembre le musée ouvre. Le bâtiment ancien est resté dans un état exceptionnel. Henri Rapin avait fait appel à René Lalique pour de somptueuses portes gravées, lustres, lui- même exécutant les peintures murales qui tendent des murs dans des salons aux boiseries de bois exotiques. Il faut aussi admirer les superbes ferronneries de Raymond Subes, les reliefs et la fontaine monumentale en verre de Max Ingrand, le bas- relief d’Alexandre Blanchot. Tout est resté en place et c’est un écrin précieux pour cette exposition.

 


C’est un musée magnifique dans un parc en centre de Tokyo

 


Pour l’inauguration de la nouvelle galerie, le conservateur Monsieur Akio Seki a choisi le thème de l’art déco français « Fantaisie merveilleuse, le classicisme dans l’art déco français »

Du 17 janvier 2015 au 7 avril 2015

 

 

Monsieur Seki a réuni des oeuvres des artistes les plus représentatifs de l’art figuratif, prêts de grands musées art- déco en France et nous avons le grand plaisir de prêter 5 oeuvres de Janniot. J’étais présente au vernissage avec la galerie Michel Giraud.
Un catalogue reproduit tous les prêts avec une préface de Akio Seki, des textes de Bruno Gaudichon, conservateur de la Piscine à Roubaix, Dominique Jarrassé, professeur d’histoire à l’Université de Bordeaux, Dominique Gagneux, conservatrice en chef du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.
Le lendemain un colloque avec traduction simultanée réunissant Hervé Cabezas, conservateur du musée de Saint Quentin (02) Dominique Gagneux et Madame Claire Poirion en charge du musée des Années Trente de Boulogne- Billancourt a clôturé cette inauguration.
Janniot a été très à l’honneur tant par les oeuvres exposées que par les projections des films réalisés pour cette occasion.

 

Photos de l'exposition
(cliquer pour agrandir les images)

 

 

 

 

 

 

                    

 

                        

   



Haut de Page


Les Oeuvres     Janniot/Roux-Spitz       Portrait d'Alfred Auguste Janniot     L'Oeuvre Monumentale       L'Association        Réalisation du site